Yves Frulla, un cachet peut en cacher un autre !

LE MUSICIEN DE TOURNÉE

Yves Frulla est claviériste de Céline Dion depuis 1990. Il la suit en tournée depuis 20 ans et à Las Vegas depuis l’an 2000. Yves est un peu le « médical » de la troupe : avant d’exercer sur scène, il a obtenu son diplôme de pharmacien à l’Université de Montréal. Mais comment d’un métier « normal » devient-on musicien ?

Yves, depuis combien de temps es-tu musicien ?

J’ai débuté à l’âge de 8 ans avec des cours de piano classique. Mon professeur était un pianiste de concert. Puis, j’ai étudié à l’école Vincent d’Indy, aujourd’hui la faculté de musique de l’université.

As-tu l’impression d’exercer un métier marginal ?

En effet, c’est un métier marginal. Les gens nous perçoivent comme « des individus qui jouent de la musique ». Ce n’est pas un travail pour eux ! Mais nous avons la chance de pratiquer un métier qui peut rendre les gens heureux.

Est-ce que la vie de tournée rend marginal ?

C’est quelque chose de « spécial ». Se retrouver dans une ville différente chaque soir nous amène hors de notre zone de confort. Il faut s’adapter à toutes sortes de situations. Être ouvert d’esprit.

Pourquoi avoir choisi la musique ?

Je suis toujours pharmacien. Et je tiens à le rester. J’ai un esprit scientifique mais également créatif, et la musique me comble de ce côté. Je l’ai choisie parce que je suis un passionné de musique, et elle m’apporte beaucoup. C’est un métier très difficile; j’ai beaucoup travaillé pour y arriver. J’ai été chanceux, j’ai pu profiter au maximum de ses bons côtés. La pharmacie m’a permis de réussir en musique car j’ai pris des chances que je n’aurais pas prises étant moins en sécurité financièrement.

Comment ton entourage accepte-t-il ton métier ?

Au début, mes parents étaient sceptiques et je comprends leurs inquiétudes. Après 25 ans de musique, je me rends compte que ce métier comporte des risques, les chances de réussir sont minces. Et la situation est pire en 2010, à cause du virage technologique. Mais quand ma famille a vu que je me tirais d’affaire, elle m’a appuyé.

Comment se déroule une journée « type » de musicien ?

Après un show, nous roulons la nuit en bus jusqu’à la prochaine ville, ça peut prendre quatre heures de route comme 15. Nous dormons dans le bus ; à l’hôtel, nous faisons notre “check-in” et le reste de la journée est libre. Souvent, nous visitons la ville, car il est rare d’être sur scène deux soirs de suite. Le jour du show, les musiciens sont appelés vers 4 :00 l’après-midi pour une répétition d’environ une heure trente ; on s’assure que le son est au mieux et que tout fonctionne. Il y a une pause jusqu’à l’arrivée du public. Apres le show, nous repartons pour la prochaine ville.

Vois-tu la suite en pharmacie, sur scène, ailleurs ?

Je retournerai comme pharmacien. Quand ? Ça va dépendre de l’évolution de ma carrière musicale. Toute bonne chose a une fin, je suis en paix avec ça. J’ai profité de ma carrière, et si je devais passer à autre chose, je serai heureux… c’est ce qui compte.

– 30 –

Publié en décembre 2010 par Le Reporter, magazine de l’Université de Montréal

Crédit photo : Aaron Felske

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s