Photo Valérian Mazataud, collaboration spéciale

Un héritage qui se perpétue

Publié dans le portfolio de La Presse Affaires le 24 avril 2012

Nathalie Simon, collaboration spéciale

Joliette est synonyme de culture, et son premier magistrat René Laurin y veille jalousement. La ville a hérité de la tradition musicale des clercs de Saint-Viateur et cultive aujourd’hui une richesse artistique qui la fait rayonner au-delà des frontières québécoises.

Une activité culturelle par jour: c’est la promesse du maire Laurin, qui a fait de la culture l’un des trois piliers de la ville, avec la nature et l’économie. Si le Festival de Lanaudière jouit d’une renommée internationale, Joliette offre de nombreuses activités toute l’année: le plus important musée d’art du Québec en dehors des grands centres, une bibliothèque établie dans une ancienne église, le festival de musique traditionnelle Mémoire et racines, l’Orchestre symphonique des jeunes de Joliette, les Vendredis acoustiques (qui attirent jusqu’à 8000 personnes), October Blues, qui remplit les bars de spectateurs, le marché de Noël ou encore le centre culturel Rolland-Brunelle. «La vie culturelle, c’est notre marque de commerce, c’est imprimé dans les moeurs des gens d’ici!», lance le maire Laurin.

La Ville dépense 1 million de dollars chaque année pour ce secteur et y emploie quatre personnes à temps plein. Le maire Laurin n’oublie pas qu’un dollar investi dans la culture génère six dollars de retombées économiques. Il met d’ailleurs la dernière main à sa politique culturelle pour conserver cet héritage et garder une cohérence dans les projets.

Des festivals populaires

François Bédard, à la tête du Festival de Lanaudière depuis plus de 20 ans, se réjouit de compter de jeunes Joliettains dans les orchestres de Montréal et d’ailleurs. Alex Benjamin, actuel directeur artistique du festival, a grandi dans la ville. Le père Fernand Lindsay, fondateur du célèbre festival, voulait faire de Joliette le «Salzbourg du Québec». François Bédard perpétue cette obsession de l’excellence, de l’accueil à la programmation. «J’ai bâti et protégé la marque», précise-t-il. Il accueille plus de 60 000 spectateurs chaque année.

«La musique traditionnelle, c’est plus facile à Joliette», lance Michèle Goyette, directrice du festival Mémoire et racines. Le festival aura bientôt 20 ans et espère bien accueillir 15 000 spectateurs prochainement. Du bénévolat des premières années, on est passé aujourd’hui à 250 demandes du monde entier pour se produire au festival.

«Le taux de concentration d’artistes à Joliette est l’un des plus importants du Québec par habitant», explique Jean-François Courteau, président de la commission culturelle de la ville. Yann Perreau et Daniel Boucher ont notamment fait leurs études à Joliette.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s