Louis Giscard d’Estaing à Montréal : « sa candidature, c’est de l’oxygène! »

Publié dans le quotidien « La Montagne », le 10 avril 2013.

C’est à Montréal que le candidat de l’UDI, Louis Giscard d’Estaing, a choisi de lancer, lundi soir, sa campagne pour l’élection législative partielle en Amérique du nord.

Anciens combattants, présidents d’association, militants centristes de longue date ou simples curieux, personne ne voulait manquer l’évènement : Louis Giscard d’Estaing a fait salle comble lundi soir en plein cœur de Montréal.

« Pour moi, l’Amérique c’est mon second pays » lance-t-il au restaurant Carte Blanche, là même ou l’année dernière, Julien Balkany, candidat divers droite, avait lancé sa candidature. À ceux qui lui reproche d’être « parachuté », Louis Giscard d’Estaing a rappelé son passé américain, qu’il compte bien conjuguer au futur. Il balaie l’argument d’un revers de la main et mise sur la notoriété locale de sa suppléante, Séverine Boitier, qu’il a officiellement présentée et qui sera sa caution canadienne dans une circonscription grande comme 40 fois la France.

Sans jamais nommer Frédéric Lefebvre, Louis Giscard d’Estaing a dénoncé le « manque d’ancrage local » et « de légitimité forte dans la circonscription », du candidat de l’UMP. Il a rappelé qu’il a été sollicité par de nombreux élus à l’Assemblée des Français de l’Étranger (AFE) du Canada et des États-Unis, essentiellement issus de l’UMP, et à défaut de n’avoir pu obtenir une candidature d’union (UDI-UMP) auprès de Jean-François Copé, il se pose en alternative à Frédéric Lefebvre.

« Sa candidature, c’est de l’oxygène! », s’exclame Emmanuel Marcilhacy, Vice-président de l’UDI Canada, mandataire pour le Canada pour les comptes de campagnes électorales, ancien élu à l’AFE pour le Québec. Il reproche à l’ex-députée socialiste d’avoir associé la circonscription au mariage pour tous, au lieu de considérer les problèmes des Français de l’étranger.

Mais la candidature du maire de Chamalières est bien plus qu’une simple élection pour les invités montréalais. Dans une circonscription ou l’UMP omniprésente, a laissé peu de place aux idées centristes ces dernières années, Emmanuel Marcilhacy compte sur l’UDI pour apporter de « nouvelles idées, faire une vraie différence et proposer une véritable alternative ». Gautier Péchadre est trésorier de l’UDI Canada; déçu par la droitisation de l’UMP, il rejoint l’UDI et il accueille la candidature de Louis Giscard d’Estaing avec enthousiasme. « Il est très sympathique et très drôle » lance-t-il. « Il a de l’expérience, et avec sa suppléante locale, il peut convenir à tout le monde », explique-t-il. Il prédit un grand « boom » de l’UDI dans la circonscription grâce aux élections, pour recruter et générer des idées. « Nous allons créer un Livre blanc des Français de l’étranger, une sorte de Think-Tank, pour apporter des idées à notre candidat », précise Gautier. « On veut montrer qu’il y a des exemples pertinents à l’étranger et que l’on peut les appliquer en France », ajoute-t-il.

« C’est l’occasion d’envoyer un très beau message et de donner de la visibilité à l’UDI », explique Louis Giscard d’Estaing. En coulisses, on le dit confiant quant à sa possible victoire. S’il est élu, c’est en mars 2014 que le maire de Chamalières examinera le degré de compatibilité de son mandat à l’assemblée nationale avec celui d’élu local. Pour 2017 en revanche, il est formel : « Je ne pense pas à l’élection présidentielle », s’amuse-t-il.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s