Lefebvre retente sa chance face à LGE (La Montagne)

crédit photo : Rozenn Nicolle

Publié par La Montagne (France), le 25 avril 2013

Battu en juin, l’UMP Frédéric Lefebvre affrontera deux Auvergnats en Amérique du nord

Après son échec cuisant en juin dernier, Frédéric Lefebvre se représente en Amérique du nord. Lâché par une partie de l’UMP locale, il devra aussi affronter deux Auvergnats : l’UDI Louis Giscard d’Estaing, et l’élu texan UMP Damien Regnard.


I-phone vissé à l’oreille, écharpe Hermès autour du cou, Frédéric Lefebvre, candidat de l’UMP pour la législative partielle en Amérique du nord, a fait halte à Montréal dans le cadre de sa campagne électorale. La première ville francophone de cette circonscription compte un tiers des électeurs. Devant une cinquantaine de personnes, il a développé son programme dans un discours maintenant bien rodé. Éducation, fiscalité, reconnaissance des diplômes… Frédéric Lefebvre a progressé dans sa connaissance des dossiers locaux.Avec « l’Âme nord », son réseau sur le terrain, il veut créer une véritable diaspora des Français d’Amérique du nord. Il dit même partager leur incompréhension dans le controversé débat sur le mariage pour tous. Au Canada comme dans certains états américains, le mariage gay est légal depuis plusieurs années. Il regrette la radicalisation du débat français. « Il y a peut-être une occasion ratée du gouvernement auquel j’appartenais… », lance l’ancien ministre. En 2007, il militait pour l’Union civile pour les conjoints de même sexe, « pour sortir du côté lugubre du Pacs. Nicolas Sarkozy y était favorable ».Cible des adversaires de tous bords, sévèrement attaqué par Louis Giscard d’Estaing, Frédéric Lefebvre refuse la polémique. Il n’envisage pas de perdre cette élection une seconde fois : « Il faut savoir rester sourd aux attaques car je vais avoir besoin de rassembler au second tour ».Mieux, il se voit déjà arpenter les couloirs du Palais-Bourbon et présenter des amendements pour la prochaine loi de finances. La confiance affichée du candidat détonne avec l’inquiétude de ses partisans. La candidature du maire de Chamalières et les défections d’élus UMP, tant au Canada qu’aux États-Unis, ont semé le doute.Avec une « candidature de poids » comme celle de Louis Giscard d’Estaing, le spectre d’une deuxième défaite hante les militants d’une UMP Québec décimée par les divisions de la précédente élection. Face à la tentative d’OPA du candidat de l’UDI sur l’UMP locale, Frédéric Lefebvre reste serein : « La réalité, c’est que ma famille politique et des responsables de l’UMP sont sur le terrain et se mobilisent pour moi ».Aux défections des élus et responsables locaux de l’UMP, il oppose le soutien reçu de François Fillon à Washington récemment et la prochaine visite de Jean-François Copé à New York. En filigrane, il répond à ceux qui ont décidé de ne pas le soutenir, et notamment Guy Wildenstein, patron de l’UMP à New York : « Quand on est dans une famille politique, même si cela ne fait pas plaisir, on doit respecter les décisions ».

Frédéric Lefebvre sera à Montréal aujourd’hui pour la conférence de Nicolas Sarkozy devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Souhaite-t-il le retour de son ami de 30 ans dans la vie politique française ? Il répond par cette formule lapidaire : « Nicolas Sarkozy n’est pas près d’oublier la France, comme la France n’est pas près d’oublier Nicolas Sarkozy ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s